Appel d’Aire résiste

JANVIER 2017

Appel d’Aire résiste

2017 commence dans de grandes difficultés !

Le 1er janvier sonne la fin des ETAPS Convention Justice-Région, la coupe des financements et la suppression du statut de stagiaire de la formation professionnelle, et des indemnités qui en découlent.

Malgré tout, à Appel d’Aire on ne lâche rien ! Cette semaine de rentrée, nous avons repris la construction de l’ULM et de la Maison Transportable Autonome. Les stagiaires ont décidé de revenir après avoir appris brutalement cette décision quelques jours avant les congés de Noël. On se dit tous que si on arrête de travailler « on est mort » !

Une bonne nouvelle tout de même, la DIRPJJ a décidé de réactiver le statut de stagiaire jusqu’en mars 2017, ce qui laisse un peu de répit aux jeunes accompagnés et leur permettra de couvrir leurs frais de formation au cours de cette période de préavis, au moins.

La presse locale et nationale s’intéresse à cette situation, vous trouverez des articles ainsi qu’un reportage vidéo de France 3 dans l’onglet Les médias en parlent.

Auprès des institutions nous cherchons des solutions financières pour continuer. Nous ne pouvons pas laisser nos jeunes sans alternatives à la rue !

Merci de vos soutiens.

Le Directeur, pour l’équipe d’Appel d’Aire.

 

DÉcembre 2016

Appel d’Aire a publié le communiqué suivant et a organisé une conférence de presse le mercredi 21 décembre 2016.

En PACA, la région décide de supprimer des aides à l’insertion des jeunes en errance éducative

14 programmes d’accueil doivent fermer leurs portes

Mi-décembre, nous avons appris que la région PACA, dirigée par M. Christian Estrosi a décidé de mettre fin au 31 décembre 2016 à certaines mesures prévues dans le cadre de la Convention Justice-Région qui permettent l’accueil de jeunes en déshérence éducative.

Les contrats, dont tout portait à penser qu’ils seraient renouvelés au 1er janvier 2017, prendront fin brutalement. Ces conventions permettaient d’accueillir en région PACA, 450 jeunes dans 14 Espaces Territoriaux d’Accès aux Premiers Savoirs (ETAPS), dont l’association Appel d’Aire. Nous l’avons appris de manière non-officielle, 15 jours avant l’échéance, sans aucun préavis.

Les personnes accueillies dans ces ETAPS sont des jeunes descolarisés et/ou sous main de justice, ils intègrent nos établissements dans le cadre de la formation professionnelle. L’accent y est mis sur les savoir-faire (la menuiserie, la métallerie… ) mais aussi sur les savoir-être (travail sur de la remédiation cognitive, vie en collectivité, maîtrise du langage professionnel, respect du cadre). Envoyés par le SPIP en lien avec l’administration pénitentiaire et le tribunal, des éducateurs de milieux ouverts et fermés, des conseillers de missions locales, ils y bénéficient d’un statut de stagiaires de la formation professionnelle, indispensable à leur intégration dans la vie active.

Le conseil régional, LR et FN, élu en décembre 2015, met en œuvre son changement de politique. Il a décidé que la prochaine convention justice-région se concentrera en très grande partie sur l’aide aux victimes. Comment réinsérer dans nos sociétés tous ces jeunes en errance éducative?

Pour l’heure, 450 jeunes et 57 salariés ignorent ce qu’ils vont devenir au 1er janvier. Qu’en sera-t-il des stagiaires sous mandat judiciaire en aménagement de peine, semi-liberté ou porteurs de bracelets électroniques ? Devront-ils réintégrer la Maison d’arrêt ? Que va-t-il advenir des mineurs non accompagnés ? En l’absence d’activités et de financements, comment respecter les procédures d’éventuels licenciements ? Quel avenir entrevoir pour notre structure pour laquelle d’importants investissements techniques, pédagogiques, humains et financiers ont été effectués et ont été reconnus pour leur efficacité ?

L’association Appel d’Aire, qui accueille à temps plein 12 stagiaires vous convie à une conférence de presse mercredi 21 décembre à 10 h. Elle vous présentera ses activités et vous fera visiter ses ateliers métallerie et menuiserie. Vous y découvrirez notamment la construction d’un ULM Biplace menée avec une association et un ingénieur en aéronautique; ainsi qu’un prototype d’habitat mobile d’urgence autonome en énergie pour reloger les victimes de catastrophes naturelles, soutenu notamment par la Fondation Abbé Pierre – des projets dont l’aboutissement est aujourd’hui menacé.

Nous disons NON à la disparition de dispositifs adaptés et validés luttant contre l’exclusion, la délinquance, le risque de marginalisation, voire de radicalisation, de jeunes en errance éducative !